A quoi correspond un démembrement de SCPI ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Un démembrement de SCPI est une opération financière qui sépare les droits de propriété d’une SCPI en deux composantes : l’usufruit et la nue-propriété. Cette division permet à différentes parties d’avoir des droits spécifiques sur les revenus et la propriété des parts de la SCPI. Il est souvent utilisé pour des rendements.

Qu’est-ce qu’une SCPI ?

Une SCPI, ou Société Civile de Placement Immobilier, est une forme d’investissement collectif dans l’immobilier. Elle permet à des investisseurs de regrouper leurs fonds pour acquérir et conduire un portefeuille plus diversifié de biens immobiliers, tels que des bureaux, des commerces, des logements, des entrepôts… Les SCPI sont des sociétés civiles, et les investisseurs achètent des parts de la SCPI, leur donnant ainsi une part de propriété sur l’ensemble du bien immobilier détenu par la SCPI.

A lire aussi : Quels sont les frais de notaire pour l'achat d'un parking ?

En investissant dans une SCPI, vous pouvez accéder à un portefeuille varié de biens immobiliers, ce qui réduit le risque lié à la détention d’un seul bien. De plus, la gestion de la SCPI est confiée à des professionnels de l’immobilier, ce qui signifie que les investisseurs n’ont pas à s’occuper des biens et des aspects tels que l’acquisition, la gestion locative et la vente des biens.

Qu’est-ce qu’un démembrement en SCPI ? 

Le démembrement en SCPI est une opération financière qui consiste à séparer la propriété des parts de la SCPI en deux parts distinctes : l’usufruit et la nue-propriété. Cette division des droits de propriété peut être temporaire ou viagère, en fonction de l’opération.

A voir aussi : Devenir propriétaire : les avantages

L’usufruit 

L’usufruit est le droit de profiter des revenus générés par les parts de SCPI, ainsi que du droit de les occuper ou de les louer. En d’autres termes, l’usufruit a le droit de percevoir les loyers et de bénéficier des avantages financiers associés à l’obtention des parts pendant une durée déterminée. Il peut également décider de vendre ses droits d’usufruit à une personne.

La nue-propriété

La nue-propriété quant à elle correspond à la détention des parts d’une SCPI sans pouvoir en percevoir les revenus ni les occuper. Le nu-propriétaire ne possède pas de droits sur les loyers ou les avantages financiers générés par les parts tant que la personne en usufruit est en cours. Cependant, une fois que l’usufruit prend fin, le nu-propriétaire devient automatiquement propriétaire des parts et peut alors commencer à percevoir les revenus.

A quoi correspond un démembrement de SCPI ?

Un démembrement de SCPI est-il définitif ?

Un démembrement de SCPI n’est pas nécessairement définitif, car il peut être établi pour une période déterminée ou pour la durée de la vie de l’usufruitier, selon les termes définis dans le contrat de démembrement. Il existe deux types principaux de démembrement de SCPI : temporaire et viager.

Un démembrement temporaire

Dans le cas d’un démembrement temporaire, la séparation entre l’usufruit et la nue-propriété des parts de SCPI a une durée prédéfinie. Cette durée peut être fixée par les parties au contrat de démembrement, généralement pour une période de quelques années ou quelques mois, mais elle peut varier en fonction des accords conclus. Une fois cette période écoulée, l’usufruit prend fin, et la pleine propriété des parts est automatiquement réunie, revenant ainsi au nu-propriétaire. Le démembrement temporaire propose une certaine flexibilité et peut être utilisé pour des stratégies de transmission de patrimoine ou de réduction fiscale.

Démembrement par viager

À l’inverse, dans le cas d’un démembrement par viager, la séparation entre l‘usufruit et la nue-propriété dure jusqu’au décès de l’usufruitier. Cela signifie que la durée du démembrement est liée à la durée de vie de la personne qui détient l’usufruit. Une fois que l’usufruitier décède, la pleine propriété des parts revient automatiquement au nu-propriétaire. Le démembrement par viager est souvent utilisé dans le cadre de la planification de succession pour permettre une transmission de patrimoine tout en progression tout en préservant les droits de l’usufruitier lors de son vivant.

Partager.