Tout savoir sur les differents types de viagers

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le viager est une méthode de transaction immobilière qui suscite de plus en plus d’intérêt, autant auprès des acheteurs que des propriétaires. Si le viager souffrait il y a quelques décennies d’une mauvaise réputation, elle gagne de plus en plus en popularité, au vu des réels avantages que cet investissement offre aux deux parties engagées. Dans cet article, nous allons vous expliquer en détail ce qu’est le viager, comment cela fonctionne et quels sont les points essentiels à considérer lors d’une transaction de ce type.

Qu’est-ce que le viager ?

Le viager est un contrat de vente immobilière où le vendeur cède la propriété de son bien immobilier à un acheteur, tout en conservant le droit de recevoir une rente, jusqu’à son décès. Ce type de vente permet donc au vendeur de percevoir un complément de revenu jusqu’à la fin de ses jours, tandis que l’acheteur a la possibilité d’acquérir un bien immobilier à un prix éventuellement inférieur à la valeur réelle du marché actuel. Quelle que soit votre situation, vendeur ou acheteur, il est toujours conseillé de se faire aider dans cette démarche, par des professionnels comme Vitalimmo par exemple.

A lire aussi : Une gestion efficace de votre investissement locatif

Quels sont les différents types de viagers ?

Les viagers se déclinent en différents types, chacun adapté à une situation spécifique.

  • Le viager occupé : Dans ce cas, le vendeur continue de vivre dans le bien après la vente, sans avoir à quitter les lieux. C’est le type de viager le plus courant.
  • Le viager libre : Contrairement au viager occupé, le vendeur quitte le bien après la vente. Il s’agit d’une option privilégiée par les personnes ne souhaitant plus occuper le bien ou ayant besoin de financer un autre projet immobilier.
  • Le viager à terme : Ici, la rente est versée pendant une période déterminée, quelle que soit la durée de vie du vendeur. Une fois cette période écoulée, les paiements cessent, même si le vendeur est toujours en vie.
  • Le viager réversible : Ce type de viager permet à un conjoint survivant de continuer à percevoir la rente après le décès du vendeur, assurant ainsi sa sécurité financière.

Quels sont les avantages et inconvénients du viager ?

Les avantages

Si le viager devient un investissement en vogue, c’est qu’il comporte de nombreux avantages que nous vous présentons ici.

A lire également : Angers : la ville la plus attractive de France

Premièrement, le viager offre une sécurité financière pour le vendeur, sous la forme d’une rente qui sera versée jusqu’à la fin de sa vie. Ce point est particulièrement avantageux pour les personnes âgées, qui peuvent ainsi compléter leur retraite et s’installer dans un logement plus adapté à leurs besoins.

Ensuite, pour les acheteurs, un viager peut être une bonne affaire, car ils peuvent profiter d’un prix d’achat potentiellement inférieur au prix du marché. La rente qu’ils doivent payer est généralement inférieure à la valeur réelle du bien.

Enfin, cela peut être pour les acheteurs une façon de réaliser un investissement immobilier avec un financement initial inférieur à ce qu’il aurait dû être dans d’autres conditions d’achat.

Les inconvénients

Comme tout, il existe toutefois des inconvénients, dont il vaut mieux être averti pour pouvoir prendre la meilleure des décisions. Tout d’abord, il existe une incertitude liée à la durée de vie du vendeur. Bien qu’il puisse paraître inhumain de songer à ce genre de chose, c’est un élément important de l’achat en viager. En effet, l’acheteur doit habituellement payer une rente au vendeur, jusqu’à sa mort. Cet élément étant imprévisible, l’acheteur ne saura pas combien de temps il devra s’acquitter de cette rente.

Ensuite, si le vendeur est dans une santé particulièrement bonne, l’acheteur pourrait se retrouver à payer plus que la valeur du bien immobilier. Enfin, cet inconvénient est spécifique au viager occupé. L’acheteur devra attendre le décès du vendeur pour pouvoir occuper le bien immobilier.

Quels sont les critères à prendre en compte avant de se lancer dans cet investissement ?

Si vous envisagez un viager, il y a quelques critères à prendre en compte, pour pouvoir protéger vos intérêts.

L’âge du vendeur, ainsi que son état de santé, sont des facteurs importants si vous souhaitez acheter leur bien immobilier. Plus le vendeur est âgé, plus la rente à verser sera élevée. Son état de santé est également un élément clef, car cela pourrait vous permettre de savoir pour combien de temps vous vous engagez à payer.

L’aspect financier, avec, tout d’abord, la valeur du bien. Ce bien immobilier devra faire l’objet d’une estimation par des professionnels de l’immobilier, pour éviter toute mauvaise surprise. Ensuite, le montant de la rente qui sera versée à l’acheteur devra être fixée précisément, en fonction de l’âge du vendeur, la valeur du bien et les conditions fixées par le contrat. Enfin, les charges ainsi que les impôts devraient aussi attirer votre attention, car elles seront à la charge de l’acheteur, dès versement de la première rente.

Les aspects juridiques et fiscaux

Toutes les sortes de viagers sont encadrées par des règles juridiques et fiscales strictes, en voici quelques-unes. Sur le plan juridique, voici quelques éléments à garder en tête.

  • Le contrat de rente viagère : En France, le viager est formalisé par un contrat de rente viagère. Ce contrat doit être établi par écrit et signé par les deux parties. Il doit spécifier les modalités de la transaction, la durée de la rente, les droits et obligations de chaque partie, ainsi que les éventuelles clauses spécifiques convenues entre les parties.
  • L’encadrement législatif : le viager est encadré par les articles 1968 à 1983 du Code civil français. Ces dispositions juridiques définissent les droits et obligations du vendeur et de l’acheteur, les modalités de versement de la rente, les conditions de réversibilité, le droit d’usage et d’habitation du vendeur, entre autres aspects importants.
  • Le droit de rétractation : le vendeur dispose d’un délai de rétractation de sept jours après la signature du contrat de viager. Durant cette période, le vendeur peut se rétracter de la vente sans avoir à justifier sa décision.
  • L’occupation du bien : si le viager est occupé, le contrat doit définir les droits d’occupation du bien par le vendeur jusqu’à son décès, ainsi que les obligations d’entretien et de réparation qui incombent au vendeur pendant cette période.

Voici maintenant quelques aspects fiscaux importants.

  • Imposition de la rente : la rente viagère est considérée comme un revenu pour le vendeur et est soumise à l’impôt sur le revenu. Le montant imposable est évalué en fonction de l’âge du vendeur au moment de la vente et de la formule de calcul de la rente.
  • Taxes et charges : jusqu’à la vente en viager, le vendeur reste responsable du paiement de la taxe foncière et des charges liées au bien. Après la vente, ces obligations fiscales incombent à l’acheteur.
  • Frais de notaire : l’acheteur doit s’acquitter des droits de mutation, également appelés « frais de notaire », lors de la signature du contrat de viager. Ces droits de mutation sont calculés sur le prix d’achat du bien.
  • Les droits de succession : En cas de viager réversible, les droits de succession peuvent s’appliquer lors de la transmission de la rente au conjoint survivant.

Le viager est une option immobilière intéressante tant pour les vendeurs que pour les acheteurs. Il offre une solution financière aux personnes âgées ou en quête d’un complément de revenu, tout en permettant aux investisseurs d’acquérir un bien immobilier à un prix potentiellement avantageux. Cependant, il comporte par ailleurs des risques et des incertitudes qu’il est important de prendre en compte avant de s’engager dans une transaction de viager. En évaluant attentivement tous les aspects du viager, vous pourrez prendre une décision éclairée et bénéficier pleinement des avantages de cette méthode de vente immobilière atypique.

Partager.