Tout savoir sur l’habitat passif en 2022

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’habitat passif est le modèle de maison en vogue pour 2022. Ce type d’habitation arrive à concurrencer le Bâtiment Basse consommation ou BBC grâce à une excellente performance thermique.

En exploitant une source d’énergie autre que les énergies fossiles, une habitation passive peut être indépendante. Il existe d’ailleurs plusieurs sources de chaleur que l’on peut profiter sans l’usage d’un équipement.

A voir aussi : Les avantages de la rénovation énergétique de votre habitat dans l'Ouest

Mais pour que les besoins en énergie soient comblés, il est nécessaire de suivre certaines recommandations sur les comportements à adopter.

Un habitat passif n’est donc pas seulement un concept mais il s’agit réellement d’une mode de vie.

A découvrir également : Un plombier sur Toulon intervient rapidement chez vous

Que veut dire habitat passif ?

On appelle habitat passif un bâtiment qui consomme le minimum d’énergie au m². D’une part, cela est dû par l’exploitation de la chaleur provenant des rayonnements du soleil.

D’autre part, la chaleur peut provenir de l’intérieur de la maison par l’intermédiaire de l’activité humaine et du fonctionnement des appareils électroménagers. La somme de ces énergies peut suffire à une maison passive du fait qu’elle est censée être bien isolée. Par conséquent, aucune chaleur ne sera perdue.

Comme les sources de chaleur que nous venons de citer sont capable de satisfaire jusqu’à 90% du chauffage à l’intérieur de la maison, il n’est pas nécessaire d’installer un système de chauffage additionnel.

Mais vous pouvez tout de même ajouter un système d’appoint que vous allez utiliser lorsque la chaleur du soleil n’est pas au rendez-vous en hiver. Dans tous les cas, le confort thermique pourra toujours être conservé.

Du point de vue technique, la consommation d’énergie dans une habitation passive n’excède pas les 15 kWh/m² dans une année.

Pour l’étanchéité à l’air, n50 doit être inférieur à 0,6 vol/h tout comme le besoin en énergie final incluant les électroménagers qui ne doit pas dépasser les 50 kWh/m² en une année. La maison doit tout au plus enregistrer 10% d’heures de surchauffe par an.

En considérant les dépenses mensuelles en chauffage, celles d’une maison passive est entre 10 à 25 euros environ.

A titre d’information, une maison basse consommation nécessite une quantité d’énergie entre 40 et 65 kWh/m² par an pour fonctionner. C’est pourquoi la maison passive est le premier choix des clients en 2022.

Quelles sont les caractéristiques d’une maison passive en termes de construction ?

Pour construire une habitation passive, il existe des spécificités constructives qu’il faut respecter. Ces consignes sont valables quelle que soit la situation géographique de la maison. Aussi, les critères à considérer seront les mêmes pour tous les types de climat.

–        L’architecture externe

La forme de la maison doit être la plus compacte possible. La surface de l’enveloppe au contact de l’extérieur doit être diminuée pour permettre une meilleure performance thermique.

–        L’isolation

L’isolation thermique doit être excellente pour les parois comme le mur, le plafond et le plancher. Vous devez donc choisir des matériaux dotés d’un grand pouvoir isolant. Dans le cas contraire, il vous faut une épaisseur conséquente.

Pour privilégier l’entrée de la lumière naturelle, il est conseillé d’opter pour des fenêtres de grande dimension. Seulement, il faut veiller à ce que le vitrage soit conforme aux normes de la construction d’une maison passive.

Ce qui vous oblige à adopter un double ou un triple vitrage. Afin de maximiser les apports solaires, les ouvertures doivent être orientées vers le Sud. La performance énergétique nécessaire est de 0,8 W/ (m²K).

–        La ventilation

La ventilation à double flux ou la ventilation mécanique contrôlée est le système le plus efficace dans le fonctionnement d’une maison passive. La chaleur de l’air chaud sortant va être récupérée par l’air froid entrant.

A ce jour, il existe des systèmes qui arrivent à récupérer jusqu’à 90% de la chaleur dégagée par l’air sortant. Ce mécanisme va se faire dans un échangeur.

A part les normes de construction, l’économie en énergie peut également se faire en récupérant la chaleur des eaux grises sortantes.

On appelle eaux grises, les eaux qui sortent du lave-vaisselle, du lave-linge, de la douche ou encore du lavabo.  Les calories dans ces eaux pourront alors chauffer les eaux entrantes qui proviennent du réseau.

Quelle est l’empreinte écologique d’une maison passive ?

Une maison passive est surtout conçue dans le cadre de la protection de l’environnement et de la couche d’ozone. A propos de l’empreinte écologique, une maison passive détient un grand avantage sur une maison respectant juste les règlementations thermiques en vigueur.

Cela s’explique par la quantité minimale d’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Celle-ci pourrait même être nulle.

En revanche, une maison passive peut ne pas être écologique si les matériaux de construction ne sont pas d’origine naturelle. En effet, il n’existe pas de normes qui exigent le type de matériau qu’il faut utiliser pour la construction d’une maison passive.

Que la technique soit artisanale ou industrielle, l’ossature est souvent en bois. Mais la totalité de la construction pourra se faire avec de la maçonnerie traditionnelle, du béton, de la paille ou du métal.

Quoi qu’’il en soit, l’impact écologique d’une maison passive sur l’environnement est minime. Il est important de mentionner que l’empreinte écologique ne se limite pas au choix des matériaux pour la construction.

Les habitudes de consommation ainsi que le comportement des occupants de la maison sont également prépondérants. Il est nécessaire d’être le plus responsable possible et ne permettre aucun gaspillage.

Comment certifier une construction passive ?

Les labels les plus connus pour certifier une maison passive sont le Passivhauss qui est un label allemand et le Minergie-P qui est d’origine suisse.

Même si les exigences de ces deux labels sont similaires, il y a tout de même des différences sur les méthodes de comptabilisation de l’énergie, les surfaces et le test de l’étanchéité à l’air.

En Europe, c’est le label allemand « Bâtiment Passif Classic» qui est retenu comme standard. Après, les caractéristiques ont été réparties par niveau. Désormais, il existe des catégories Plus et Premium en fonction de l’utilisation des énergies renouvelables.

Dans la rénovation passive des Bâtiments anciens, la certification standard est le label EnerPHit. Et oui, il est tout à fait possible de transformer une habitation classique en une maison passive.

Pour ce faire, il faut réaliser des travaux de rénovation énergétique pour pouvoir respecter les seuils de consommation énergétique.

Pour être certifiée en une maison passive, la conception doit être validée. Il faut ensuite calculer la consommation et passer le test de l’étanchéité à l’air. Les techniciens effectuent à la fin une suivie de la consommation durant une durée bien déterminée avant d’attribuer la certification.

Quel est le coût d’une maison passive ?

Le coût d’une maison passive est entre 15 à 25% au-dessus d’une maison individuelle classique. Sur une habitation collective ou sur les bureaux, ce surcoût est dans l’ordre de 5 à 10%.

Ce prix élevé est dû à la réalisation d’une étude thermique, d’une construction soignée et de l’utilisation des menuiseries spécifiques et performants. La qualité et la quantité des isolants ainsi que des matériaux de construction peuvent aussi engendrer un coût total assez élevé.

Grâce à la quantité d’énergie économisée, le retour sur investissement pourra se faire entre 10 et 20 ans. En outre, la valeur d’une maison passive est plus élevée qu’une maison classique dans le cadre d’une vente.

Partager.