Comment calculer le remboursement de l’assurance emprunteur ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Une assurance emprunteur permet le paiement des mensualités, lorsque le souscripteur est en incapacité de continuer le remboursement. À la fin du contrat, l’assureur peut réclamer une partie de la prime d’assurance. C’est un processus un peu complexe et les lois restent floues à ce sujet.

Le calcul du remboursement de l’assurance emprunteur

Pour l’heure, la législation sur le calcul du remboursement de l’assurance emprunteur n’est pas encore précise. Il est donc compliqué de définir soi-même le montant dû par l’assurance. Les chances de faire la bonne estimation sont très minces. En revanche, on sait qu’un certain type de données sont pris en compte. Il s’agit dans un premier temps d’évaluer la somme des cotisations de l’assuré ainsi que les montants décaissés par l’assureur dans les cas de sinistre. On considère ensuite la différence entre ces deux montants.

A voir aussi : Comment déclarer les aides de l'ANAH aux impôts ?

Dans un deuxième temps, le calcul prend en compte les bénéfices issus des primes d’assurances. Et pour finir, on considère les dépenses administratives qu’effectue votre assureur. Ce sont tant d’informations que vous auriez du mal à obtenir. Notez que pour le calcul, vous aurez également besoin de documents comptables provenant de l’assureur et/ou de la banque. Sur ces points, la législation également n’est pas de votre côté. Elle considère que les assurés pris individuellement n’ont pas droit à la participation aux bénéfices. Le mieux serait de confier le dossier à un organisme ou à une association de consommateurs. Seul, il n’est pas évident que vous y arriviez.

Une estimation des remboursements de l’assurance emprunteur

Bien qu’il soit quasiment impossible de calculer individuellement le montant du remboursement de l’assurance emprunteur, on peut se référer à quelques estimations. Certains organismes comme « UFC Que Choisir » se sont prêtés à l’exercice. Les données approximatives issues de ces études peuvent servir de repère. On estime que pour obtenir un remboursement d’environ 1 700 €, il faut avoir souscrit à un prêt de 100 000 € dont le remboursement a duré près de 20 ans. De plus, le taux d’intérêt devrait être égal à 5 % avec le montant des cotisations qui serait estimé à environ 0,40 %. Toujours sur 20 ans, mais avec un emprunt de 200 000 €, le remboursement peut atteindre 3 000 €.

A découvrir également : La loi Hamon et ses implications pour les contrats en France

Les démarches pour obtenir un remboursement de l’assurance emprunteur

Pour entrer dans vos droits, vous avez principalement deux possibilités. Soit, vous introduisez une démarche personnelle, soit vous passez par le biais d’une demande collective. L’action individuelle a souvent peu de chance d’aboutir. D’ailleurs, l’État de même que l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) estiment que ce n’est pas le meilleur moyen.

Demander individuellement le remboursement de son assurance emprunteur

Afin que vous obteniez gain de cause, vous devriez faire appel à un avocat. L’ensemble de la procédure est couteux et prend assez de temps. Plusieurs estiment que les démarches sont rendues complexes sciemment pour décourager les demandes de remboursements. Si vous tenez toutefois à le faire, commencez par une estimation du montant de votre remboursement. Une première étape déjà compliquée puisque vous avez besoin de plusieurs informations auxquelles vous n’aviez vraiment pas accès.

Une fois que vous avez cette information, vous pouvez introduire le recours pour obtenir le remboursement. Le courrier devrait porter sur votre demande de « percevoir la participation aux bénéfices, conformément à l’article L 331-3 du code des assurances ». La banque ou l’assureur vous contactera plus tard pour d’éventuels compléments de dossier ou pour le remboursement.

Remboursement grâce à une action collective

La loi Hamon permet aux assurés de se réunir pour réclamer le remboursement. Cette procédure a plus de chance d’aboutir qu’une demande individuelle. Pour que la demande soit prise en compte, on doit avoir au moins 100 000 plaignants. Les groupes de plaignants font généralement recours à une association de consommateurs, à des avocats, ou à d’autres organismes pouvant intervenir dans ce domaine. En 2016, 215 169 plaignants ont été regroupés grâce à une initiative d’Action civile.

Ce qu’il faut faire si la structure refuse de rembourser

Si après respect de la procédure, la banque ou l’assureur s’obstinent à ne pas rembourser les assurés, on peut se rapprocher des autorités compétentes. Le premier pas serait déjà de déposer une plainte à la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGRCCRF). Saisir le médiateur de votre assurance est également une alternative.

Les critères pris en compte dans le calcul de remboursement de l’assurance emprunteur

Les critères pris en compte dans le calcul du remboursement de l’assurance emprunteur sont nombreux. La date à laquelle l’événement qui justifie le remboursement s’est produit est déterminante. Il faut par ailleurs tenir compte de l’âge de l’emprunteur au moment où il contracte son assurance et celui qu’il a atteint lorsqu’il doit être indemnisé.

Le montant des capitaux restants dus et les modalités de paiement prévues dans le contrat initial sont aussi importants. Effectivement, si vous aviez opté pour un contrat avec une quotité assurée fixe, votre couverture sera plus étendue que si vous avez choisi une formule avec une quotité variable.

La profession exercée par l’emprunteur ainsi que ses antécédents médicaux peuvent aussi entrer en ligne de compte lors du calcul du remboursement. Si vous êtes non-fumeur ou sportif régulier, certains assureurs proposent des tarifs plus intéressants.

Il faut bien comprendre les garanties incluses ou exclusives ainsi que leurs conditions respectives. Les critères précités permettent donc aux organismes d’assurances et/ou banques prêteuses d’établir leur barème basé sur la formule choisie avant signature du consentement mutuel entre le souscripteur et son organisme financier/bancaire.

Les avantages de souscrire une assurance emprunteur avec un taux personnalisé

Face à la complexité de l’élaboration d’un barème, il peut être judicieux de souscrire une assurance emprunteur avec un taux personnalisé. Cette option offre plusieurs avantages pour le souscripteur.

Un taux personnalisé prend en compte les caractéristiques spécifiques de l’emprunteur, y compris son âge, sa profession et ses antécédents médicaux. Il permet ainsi d’avoir une couverture adaptée aux besoins réels de chacun plutôt qu’une formule standardisée qui ne correspond pas forcément à toutes les situations.

Le taux personnalisé permet aussi au souscripteur de réaliser des économies significatives sur le long terme. Effectivement, une tarification plus précise signifie que chaque personne paie exactement ce qu’elle doit payer. Si vous êtes non-fumeur ou sportif régulier, par exemple, vous pouvez bénéficier d’un meilleur tarif comparativement à une personne souffrant d’hypertension ou fumeuse.

De même, lors du calcul du remboursement assurantiel évoqué précédemment, chaque élément propre à votre profil est pris en compte afin que vous ne payiez pas pour une garantie dont vous n’aurez pas besoin dans vos quotidiens futurs, tout comme dans celui présent. Souscrire une assurance emprunteur avec un taux personnalisé rassure quant aux capitaux restants dus ainsi qu’à la nature des indemnités versées. Le risque zéro n’existe certes pas, mais cela diminue fortement le risque de mauvaise surprise. En d’autres termes, si un événement imprévu survient et que vous devez mettre en œuvre votre assurance emprunteur, vous bénéficierez d’une indemnisation adaptée à vos besoins réels.

Souscrire une assurance emprunteur avec un taux personnalisé peut se révéler être un choix judicieux pour les personnes souhaitant avoir une couverture surdimensionnée, mais aussi qui désirent réaliser des économies significatives à long terme.

Partager.