Frais de notaire : à combien s’élèvent-ils ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Toute transaction immobilière implique des frais de notaires. Cela est indispensable si vous souhaitez authentifier cette transaction faite. Ces frais sont généralement à la charge de l’acquéreur. Mais à combien s’élèvent ces frais ? Ce guide vous en apprendra davantage.

Les frais du notaire pendant une vente

Lors d’une vente, les frais de notaires sont assez restreints. En effet, pour une transaction légale, l’acheteur doit s’acquitter des droits d’enregistrement de mutation, des débours et bien d’autres.

A découvrir également : Pourquoi acheter une maison à Argelès en passant par une agence immobilière ?

Ainsi, outre les 5,80 % du prix d’achat affecté à la mutation, l’acheteur doit payer 7 ou 8 % du prix de vente du bien immobilier au notaire. À titre d’exemple, si votre maison à vendre coûte 17 000 euros, les frais de notaires s’élèveront à 1360 euros. Pour une maison de 60 000 euros ou plus, les frais de notaires seraient à partir de 4800 euros.

Les frais de notaire lors d’un rachat : l’exemple du rachat de soulte

Les frais de notaire lors d’un rachat sont très faciles à calculer. Ici, les frais de notaire dépendent du type de soulte racheté.

A lire aussi : Pourquoi acheter dans le neuf en Ile de France ?

Depuis leur réglementation, les frais de notaire s’élèvent à environ 5,8 % de la valeur de la compensation versée. Le paiement de ces frais est à la charge de la personne souhaitant racheter les parts. Cela se fait lors du rachat de soulte en cas de divorce. En cas d’héritage, les frais de notaires sont à partager entre les héritiers et les bénéficiaires de la compensation.

Est-il possible de réduire ses frais de notaire ?

Dans la vie active, vous disposez de diverses possibilités pour revoir à la baisse les frais que vous devez payer à un notaire. Seulement, pour y arriver, vous devez être très vigilant.

La première action qu’il est important de réaliser, c’est de dissocier les frais de notaire de ceux de l’opération à effectuer. De cette manière, vous aurez la possibilité de renégocier la valeur de ces frais.

La seconde opération qui vous permettra d’atteindre assez facilement cet objectif, c’est l’utilisation d’un comparatif de notaires. Avec ce classement, vous pouvez choisir un notaire qui réside dans votre zone et qui est moins coûteux.

Pour satisfaire ces deux conditions précédentes, vous devez miser sur un notaire moins connu. Si ce dernier souhaite avoir de la visibilité, il aura l’obligation de vous laisser renégocier dans la mesure du possible le coût de ses honoraires.

Enfin, vous pouvez opter pour un notaire moins onéreux en parlant de votre projet à une tierce personne. Si cette dernière a été servie et a été satisfaite des services proposés par un notaire de votre ville, elle vous le recommandera.

Par ailleurs, utiliser cette technique vous permettra de gagner du temps. En effet, le bouche-à-oreille est certes une ancienne méthode, mais celle-ci est d’une efficacité certaine.

Sauf qu’avant d’engager votre notaire, vous devez vérifier si celui-ci est reconnu et si les avis positifs émis à son endroit sont réels. De cette façon, vous aurez également la possibilité de bien mener vos opérations.

Les frais de notaire sont généralement facturés selon les différentes situations. Les frais à payer lors d’une vente sont différents de ceux à payer pour un rachat. Vous savez donc désormais ce que vous devez payer à un notaire lors d’une transaction faisant appel aux prestations de ce professionnel.

Les différents types de frais annexes à prévoir lors d’une transaction immobilière

Au-delà des frais de notaire, il est indispensable de prévoir d’autres types de frais lors d’une transaction immobilière. Ces derniers sont souvent appelés « frais annexes ».

Lorsque vous faites affaire avec un courtier immobilier, celui-ci ne prendra pas en compte le coût global de l’opération. Il facturera ainsi ses prestations séparément. En général, ces honoraires varient entre 1 et 5 % du montant total de la vente.

Dans la plupart des transactions immobilières, l’intervention d’une banque est nécessaire pour financer les opérations. Les frais liés à cette intervention sont nombreux et variés : montage financier, assurance-crédit ou encore garantie hypothécaire. Dans certains cas, ces coûts peuvent représenter une part conséquente dans le budget total que vous aurez alloué à votre projet immobilier.

Il existe plusieurs taxations locales qui doivent être prises en compte lors d’un achat immobilier. Toutefois, elles varient selon chaque département ou région française.

Vous devez donc prendre contact avec les services fiscaux locaux afin qu’ils puissent vous donner toutes les informations requises sur l’étendue des taxes relatives à votre situation géographique.

Cela étant dit, certaines municipalités imposent aussi une taxe foncière supplémentaire si l’acheteur n’a pas résidé plus longtemps que six mois dans la ville concernée. Vous devez vous renseigner sur ce point avant toute décision définitive.

Les frais de notaire sont donc loin d’être les seuls coûts à prendre en compte lors d’une transaction immobilière. Lorsque vous vous apprêtez à réaliser une telle opération, vous devez minimiser leur impact sur votre budget final.

Les astuces pour négocier les honoraires du notaire

Lorsque vous achetez ou vendez un bien immobilier, les frais de notaire sont inévitables. Toutefois, il est possible de réduire leur montant en négociant avec votre notaire.

Le choix du notaire n’est pas obligatoire dans la mesure où l’acquéreur et le vendeur peuvent se mettre d’accord sur une personne tierce. Dans ce cas-là, comparez plusieurs offres pour déterminer celui qui affiche les tarifs les plus intéressants.

Comme tout prestataire de services, le notaire peut accorder une remise si vous lui en faites la demande. Vous pouvez ainsi tenter de négocier ses tarifs au moment de signer le compromis ou lors de la signature finale chez le notaire.

Si des frais paraissent élevés ou peu clairs, vous devez lui demander des explications supplémentaires quant aux coûts qu’il mentionne.

Dans certains cas précis (ex : achat en indivision), plusieurs personnes sont impliquées dans l’opération immobilière. Dans ces cas-là, assurez-vous que chaque partie paie ses frais de notaire individuellement et non à travers une seule facture globale.

En somme, la négociation des honoraires de notaire est possible mais vous devez demander une remise si besoin, vérifier toutes les prestations incluses dans son devis et vous assurer que chacun paye ses propres frais. Souvenez-vous que le travail du notaire est essentiel pour garantir la légalité de votre transaction immobilière et qu’il s’agit donc d’un coût nécessaire qui doit être pris en compte lors de l’établissement de votre budget.

Partager.