Quel bail pour un artisan ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La loi réglemente strictement trois catégories de contrats de location : le bail commercial, la résidence principale et le contrat de location pour l’entreprise agricole. Les autres catégories de baux ne sont pas soumises à des règles spécifiques, mais sont soumises au droit normal. Par conséquent, lors de la création d’un bail, il est nécessaire de déterminer à quelle catégorie il appartient. Quelle règle s’applique à quel contrat de location ?

A lire également : Qui paie les travaux de peinture dans une location ?

Bail commercial

Un bail commercial est conclu lorsque l’une des parties souhaite louer un immeuble ou une partie d’un immeuble à une autre partie dans le but d’exercer un commerce de détail ou pour l’activité d’un artisan directement en contact avec le public.

Par exemple, pour ouvrir un magasin de vêtements ou d’électronique.

A lire aussi : Comment héberger une personne à titre gratuit ?

Le contrat de location commerciale est strictement réglementé par la loi et est soumis à des Des règles.

Par conséquent, sa durée ne peut pas être inférieure à 9 ans. Le locataire et le locateur peuvent, toutefois, mettre fin prématurément en fonction de certaines conditions et procédures. Avant le terme, le locataire a la possibilité de demander sa prolongation. En cas de refus du propriétaire, une indemnité d’expulsion est due. D’autres règles pour la révision du loyer, le développement des locaux loués, la cession du bail et le transfert de la propriété locative.

Ces règles spéciales ne permettent pas de faire preuve de souplesse.

Location de bureau

Si une partie veut louer une salle de bureau, elle ne peut conclure un bail commercial. En fait, il n’y a pas de contact direct avec le public et ce n’est pas une entreprise de détail. Il s’agit d’un contrat de location de bureau, c’est-à-dire un bail de droit commun.

Par conséquent, ce dernier n’a pas de statut juridique spécial, puisque il n’entre dans aucune des catégories de baux réglementés. Ce sont donc les dispositions communes du Code civil, qui régissent les relations entre les parties.

Contrairement aux règles du bail commercial, les règles de droit commun sont complémentaires. En d’autres termes, les parties peuvent différer de cela. Ils disposent donc d’une grande liberté contractuelle et d’une grande flexibilité.

Autres baux

Les parties souhaiteront peut-être conclure un bail qui ne relève pas de l’une des trois principales catégories qui font l’objet d’un régime spécifique. Ce dernier est alors soumis aux règles du droit général.******.3

Il existe divers baux qui sont soumis aux règles du droit commun.

Exemples de baux :

  • le contrat de stationnement
  • le contrat de garage
  • ainsi que le contrat saisonnier
  • etc..

Par conséquent, le les parties ont une grande souplesse dans leur élaboration.

****** 4 Ententes sur les équipages précaires

La convention d’occupation ou de profession précaire est un accord en vertu duquel le propriétaire d’un immeuble met temporairement l’immeuble à la disposition d’une autre personne : les détenus, contre paiement d’une indemnité.

Aucun texte législatif ne régit la présente Convention. Il accorde donc aux parties un certain degré de souplesse et de souplesse lorsque la conclusion d’un bail commercial semble inappropriée à la situation des parties.

Par exemple, un contrat d’occupation précaire peut être conclu si, en l’absence d’un bail commercial, les parties conviennent d’occuper temporairement les locaux pendant le temps nécessaire à la vente des stocks et à la recherche d’un nouveau lieu d’affaires.

Conclusion

Il est donc important de déterminer clairement quelles activités le preneur exerce afin de déterminer si le contrat est soumis aux règles spécifiques du bail ou non commerciales.

Il convient également de faire preuve de prudence lors de l’élaboration du bail de bureau afin qu’il ne soit pas visé par le bail commercial. Les parties veillent à ce que la Loi sur les baux commerciaux soit expressément exclue.

J’ aimerais en savoir plus sur les différents contrats de location et/ou le contrat d’occupation précaire.

Allons-y ! Allons-y !

Et pour rester au courant des nouvelles soumises par Legal PME, abonnez-vous àla newsletter : un résumé non mensuel des articles pratiques pour les entreprises !

Je m’inscris ! Je m’inscris !

→ Articles similaires de Legal SME :

  • Bail commercial et contrat d’occupation précaire : quel contrat devrait être choisi ?
  • Une décision contraire au Statut est-elle valable ?
  • Entreprises face à la cybercriminalité Konfron
  • Le droit de rétractation : délai et conditions
  • Ventes aux consommateurs : nouvelles règles européennes
  • Vos conditions générales sont-elles correctes ? Avez-vous pensé à tout ?
  • Liste de vérification du RGDP : examen de la sécurité d’entreprise en 10 étapes
  • Évolution de la société : la combinaison du droit et des nouvelles technologies, un mythe ?
  • Avez-vous un pacte de partenariat dans la société ?
  • Validité juridique des documents électroniques

Partager.